Décryptage des différents labels du Bio en France

27/09/2017 17:59:49

Aujourd'hui, plus de 89% des français consomment bio au moins occasionnellement. Ils n'étaient que 54% en 2003. Multiplication des scandales sanitaires, retour à des valeurs plus frugales, désir de favoriser les productions locales et de prendre soin de notre santé : on a tous une bonne raison d'adopter le bio. Pourtant, loin d'être parfaits, les produits biologiques sont souvent pointés du doigt pour la désinformation des consommateurs face aux labels. Et pour cause, nationaux, internationaux, privés, publiques, les labels se multiplient et leurs exigences diffèrent. Pour cela, nous avons décrypté les labels qui ont envahi le marché, pour mieux t'aider à faire ton choix en toute connaissance de cause.

 

AB : souvent prisé et pourtant très mal connu

 

Parmi la multitude de labels BIO, le label AB est le seul à être reconnu par l'Etat. Il répond au cahier des charges européens.  

  • cultures : elles sont garanties sans pesticides ni traitements chimiques après récolte.
  • élevage : les bêtes sont nourries d'une alimentation sans pesticides mais qui ne vient pas nécessairement de l'exploitation. Les OGM ne sont pas autorisés : un seuil fortuit de présence d'OGM est toléré jusqu'à 0,9% d'OGM*. Le bien-être des animaux est garanti par un espace minimal et un minimum de temps en plein air

Moins exigent que le label AB français* à qui il a laissé sa place, le label AB européen a été jugé malheureusement bien trop laxiste par certains fabricants, qui ont décidé de développer leur propre label pour contrer ce que nous pouvons appeler l'agriculture biologique industrielle. C'est cet engagement qui explique la multiplicité des labels de l'agriculture biologique de ces dernières années.

 

Bio Cohérence : un label plus exigeant 

Ce label a été créé par la fédération nationale d'agriculture biologique, les éleveurs bio de France, les magasins Bioccop, Biomonde et ProNatura, tous réunis au sain de l'association Alternative Bio. Ainsi, dès 2009, ils décidèrent de créer un label au cahier des charges plus exigeant que le label bio européen. Il garanti : 

  • La non coexistance des cultures bio/non-bio
  • 50% de production locale de la nourriture donnée aux animaux, 80% pour les herbivores. 
  • L'interdiction totale de traces d'OGM
  • 100% d'ingrédients bio dans les produits transformés 

 

Nature & Progrès : une dimension locale et humaine ajoutée

Il a pour objectif de raccourcir les intermédiaires et de mettre en valeur les productions locales. Il garanti : 

  • La production sur des exploitations 100% converties bio. 
  • Une alimentation 100% bio pour les animaux
  • L'interdiction totale d'OGM 
  • Des production éloignées de minimum 500m des grands axes routiers et un aménagement des domaines d'exploitation pour préserver les ressources communes (nappes phréatiques par exemple).*

 

Demeter et Biodyn : un label cohérent entre économie circulaire et protection des sols

Il s'inspire de la biodynamie au profit de la productivité des ressources et de leur durabilité.

  • Les sols sont préparés avant de cultiver la terre, pour mieux la nourrir, ne pas épuiser ses minéraux mais au contraire lui redonner ce dont elle a besoin afin de produire des apports nutritifs sans épuiser la terre.
  • La taille des exploitations est limitée et les déchets créés par l'exploitation sont réutilisés au maximum dans le cadre d'une réduction du gaspillage et d'une valorisation circulaire des déchets. 

 

Equitable Ecocert : quand éthique et bio se conjugent

Il allie valeurs du bio et éthique des productions équitables. Non seulement les produits doivent porter le label bio européen, mais ils doivent aussi être réalisés de façon équitable.

Le cahier des charges inclue

  • un accompagnement des producteurs,
  • l'établissement de relations de longue durée,
  • et même un pré-financement des récoltes en cas de nécessité, pour contribuer au développement des pays du tiers monde sur le long-terme ainsi qu'à l'éveil des pratiques agricoles plus respectueuses des ressources,
  • une limitation stricte de l'emballage des produits, du premier lieu de production jusqu'au consommateur final. 

 

Bio Equitable & Bio Solidaire : respect des terres et des droits fondamentaux

Récompense les production des petits producteurs et favorise leur action collective au profit d'une agriculture plus paysage et plus solidaire.

Le label Bio équitable est utilisé pour les produits issus des produits du Sud et le label Bio solidaireest utilisé pour le Nord.

Dans tous les cas, ils doivent être labellisés du label bio européen pour être également labellisés Bio équitable/solidaire.

Le label inclue :

  • une contractualisation des relations entre producteur et distributeur (pour assurer un partenariat à long terme),
  • un prix minimum garanti à l'achat aux producteurs,
  • le respect des droits fondamentaux (droits de l'Homme et libertés publiques) sur l'intégralité de la production,
  • et le développement local d'une agriculture durable

 

Alors que la consommation de produits biologiques à doublée depuis 2008, nous souhaitions distinguer les sérieux de ceux qui se servent de la tendance pour tout simplement vendre leurs produits plus chers. D'ailleurs, si tu cherches quelques conseils pour passer au 100% biologique sans alourdir ta facture, on t'a trouvé cet article !  

 

Source principale : http://www.60millions-mag.com/2011/01/05/quel-label-bio-se-fier-8052 

Autres sources : 

L'agence bio 

http://ecologiesurleweb.free.fr/actions4-bio-labelrouge.html 

http://www.60millions-mag.com/2011/01/05/quel-label-bio-se-fier-8052 

http://www.natura-sciences.com/agriculture/label-ab-label-bio-816.html 

http://feeminy.fr/le-guide-des-differents-labels-alimentaires/

http://www.natura-sciences.com/agriculture/label-ab-label-bio-816.html

 

Article rédigé par :

Diane Scemama

×