La vérité sur le polyester recyclé

La vérité sur le polyester recyclé

Le polyester représente 60% à 70% des fibres textiles synthétiques utilisées dans l’industrie de la mode. Or, on le sait : les matières synthétiques  sont extrêmement polluantes. Le plastique est pourtant recyclable, et on constate que de plus en plus de marques utilisent le polyester recyclé, appelé “PET recyclé”, “rPET”, ou “bouteilles recyclées” pour fabriquer des vêtements ou objets dits “responsables”. Certains militants écologiques décrient cette pratique : pourquoi ? 

Le polyester recyclé est-il écologique ? On t’explique tout :

 

Impact du polyester

Le polyester est une fibre textile synthétique conçue à partir de pétrole : 1,5 à 1,9 kg par kilo de polyester. Pour l’obtenir, on utilise des composés chimiques comme l’éthylène glycol et le téréphtalate. Du fait de ces produits chimiques, le polyester est suspecté de contenir des perturbateurs endocriniens (influant, comme son nom l’indique, sur les hormones et notamment les fonctions reproductives) et des polyfluorés pour certains types de polyester très techniques, soupçonnées d’être cancérigènes en plus d’être très polluantes. Enfin, la teinture du polyester est difficile, car c’est une matière peu absorbante : elle nécessite donc davantage encore de produits chimiques douteux pour accélérer la vitesse de diffusion des colorants dans les fibres. 

En plus de polluer pendant sa fabrication (utilisation de ressource non-renouvelable, rejets des produits chimiques dans l’air et dans les eaux), le polyester pollue toute sa vie : lors du lavage, il rejette des microfibres de plastique ainsi que les restes de produits chimiques qu’il contient, notamment les teintures. 

Comment recycle-t-on le polyester ?

À l’origine : la collecte du polyester à recycler

Le polyester recyclé est issu de deux types de collectes : la collecte de PET pré-consommation et post-consommation.

  • La collecte pré-consommation concerne les déchets industriels, il s’agit de chutes et résidus de production. Ce polyester n’a donc jamais été utilisé par les consommateurs.
  • La collecte post-consommation concerne les déchets ayant eu une première vie : ceux qui ont été utilisés par les consommateurs. Il peut s’agit de bouteilles en plastique PET et autres emballages qui seront transformées en fil de polyester, ou de textiles usagés à qui l’on donne une seconde vie.

Dans chaque cas, l’étape du tri est essentielle : l’entreprise de collecte sélectionne chaque plastique pour les regrouper selon leur classification. Il en existe 7 pour le plastique, et seules deux sont recyclables post-consommation : le fameux PET et le PEHD (classes 1 et 2). Ils sont également triés par couleur, composition et qualité.

Les deux types de collecte sont tout aussi importantes dans la lutte contre les déchets, car la sur-production et la sur-consommation sont un cercle vicieux polluant : plus de 15 000 bouteilles en plastique sont par exemple vendues chaque seconde.

Ce qui est important en revanche, c’est la provenance des déchets : les fournisseurs n’en ont pas toujours une réelle traçabilité. Or, il est évidemment plus écologique de recycler des déchets locaux que de les importer du bout du monde.

La transformation : du déchet au textile

Deux procédés pour transformer des déchets plastique en polyester recyclé :

  • Le recyclage mécanique consiste à compacter puis broyer les déchets en minuscules paillettes de plastique qui sont ensuite lavées, séchées et transformées en granulés. Ces granulés sont ensuite transformés en fibre de la même manière que le polyester neuf : les granulés sont fondus en une pâte, ensuite étirée pour former un fil de polyester recyclé que l’on va, pour finir, tisser. On peut produire 1kg de rPET avec 42 bouteilles, grâce à un procédé mécanique selon l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). 
  • Le recyclage chimique consiste à réduire un plastique à ses monomères d’origines, via des réactions chimiques en laboratoire, puis à les rassembler à nouveau en polymères pour reconstituer du polyester vierge. Il peut alors même revenir dans le système de fabrication de polyester neuf !

Le procédé mécanique a l’avantage de ne pas utiliser de produits chimiques autre que les détergents nécessaires pour nettoyer les matières premières, il coûte moins cher, mais il produit cependant un textile moins résistant, car ses fibres sont plus courtes que du polyester neuf. Il est donc courant -mais pas systématique ! - de mélanger du polyester recyclé à du neuf pour le rendre plus solide.

Enfin, il faut savoir que le plastique (ici le polyester) n’est pas recyclable à l’infini, car il se dégrade à chaque fois qu’il est chauffé. 


Illustration Lemontri

Le PET recyclé utilise moins de ressources que sa version d’origine 

Tout d’abord, il est évident que recycler le polyester à partir de déchets permet de réduire la quantité totale de polyester neuf produite, et donc de pétrole extrait puisque ce dernier n’intervient pas dans le recyclage du PET - sauf quand le filateur décide de mélanger RPET et PET neuf pour solidifier sa fibre, ce qui se vérifie. 

En outre, plusieurs études dont une de l'Office Fédéral de l'Environnement (OFEV) ont montré que le polyester recyclé utilise au minimum 50% moins d’énergie que le polyester vierge… mais toujours plus que le coton, le chanvre ou la laine, d’après un rapport de 2010 du Stockholm Environment Institute.

Le polyester recyclé générerait aussi 32 % moins de CO2 que sa version initiale.

L’extrait ci-dessous présente l’impact du rPET par rapport au PET vierge, selon si le procédé est mécanique ou chimique (“back-to-oligomer/monomer recycling). On peut y constater qu’hormis au niveau de l’eau utilisée (pour nettoyer les déchets), le rPET a un impact sur l’environnement bien moindre que le PET vierge. Attention cependant : l’impact de la première vie de la fibre recyclée n’est pas pris en compte .

La pollution au lavage : polyester vierge ou recyclé, même combat

Selon Greenpeace, jusqu’à 30% de la pollution plastique dans les océans pourrait provenir des microplastiques, dont 35% serait issu du seul lavage de nos vêtements en synthétique (source: Greenpeace).

En effet, les vêtements quelle que soit la matière libèrent des microfibres lors du lavage. Pour les vêtements en synthétique, on les apparente à des microplastiques. Trop fines pour être filtrées par les stations d’épuration, ces microfibres finissent dans les cours d’eau.

Le plastique pollue ainsi les océans en intoxiquant les coraux et les animaux : 1,5 millions d’entre eux sont tués par le plastique chaque année, d'après l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD). La fondation Ellen McArthur affirme même qu’en 2050, il y aura plus de plastique que de poisson dans les océans.

Ce triste constat posé, le polyester recyclé ne fait pas figure d’exception : comme toute matière, il libère lui aussi des microfibres, et les siennes sont concrètement du plastique.

Les micro-fibres se cassant principalement à cause de la friction entre les vêtements, on peut déjà consommer moins de matières synthétiques, laver moins souvent son linge, ne pas surcharger le lave-linge et protéger les éléments abrasifs des vêtements (fermetures éclaires, scrachts, boucles, etc).

On peut également utiliser un Guppyfriend, ce sac de lavage qui retient plus de 80% des microparticules de plastiques pendant le lavage, grâce à une bande électrostatique.

Le polyester recyclé recyclable : oui, mais sous conditions

Il faut tout d’abord vérifier que le tissu recyclé l’est à 100%, et qu’il n’est pas mélangé à du PET vierge. On peut pour cela demander plus d’informations à la marque, et s’aider du label Global Recycled Standard (GRS). 

A savoir que le polyester 100 % (ou moins) recyclé peut quand même être mélangé à une autre fibre pour les besoins du produit final, comme de l'élasthanne pour assurer l'élasticité d’une tenue de sport par exemple. Or, le problème des mélanges de fibres est que cela rend le produit fini impossible à recycler. En effet, les procédés actuels pour séparer les fibres sont trop gourmands en énergie, CO2 (plus que la création de matière originale), mais aussi trop coûteux. 

Enfin, il faut savoir que le polyester recyclé brut est, comme le polyester recyclable… mais pas à l’infini. En effet, à chaque fois que le plastique est chauffé il se dégrade, or c’est ce qu’il se passe pendant le procédé de recyclage. Un polyester recyclé plusieurs fois perd donc en qualité. 

La fin de vie du polyester recyclé n’est donc pas la plus écologique et doit aussi être prise en compte lors d’un achat.

En résumé : comment et quand choisir le polyester recyclé ?

La solution pour limiter les déchets et la pollution des matières synthétique et plastique : moins en consommer. Tout simplement.

Cependant, quand il faut faire le choix d’une matière pour un achat, le polyester recyclé est une option qui peut être intéressante écologiquement selon les situations. Pour résumé, voici les avantages et les inconvénients du polyester recyclé :

Avantages :

  • Il permet de donner une seconde vie à des déchets plastiques qui auraient autrement fini dans les décharges, voire dans les océans. 
  • Il consomme moins d’énergie, moins d’eau et émets moins de CO2 que le polyester vierge
  • il diminue notre dépendance au pétrole en tant que source de matières premières

 

Inconvénients :

  • Il est polluant au cours du lavage
  • Il n’est pas recyclable à l’infini, voire pas du tout si mélangé à d’autres fibres 
  • Il est moins résistant, donc peut nécessiter d’être mélangé à d’autres matières

Quand choisir le polyester recyclé ?

Chez Dream Act, on recommande d’abord d’utiliser ce que l’on a, ou de chercher autour de soi. Si l’achat est indispensable, alors réserver le polyester recyclé aux achats de vêtements techniques ou de sport, qui n’existent de toute façon pas en matières naturelles écologiques de par leur technicité. 

 

On peut aussi choisir des vêtements en polyester upcyclé : il s’agit de réutiliser la matière brut, sans transformation, pour en faire autre chose (un autre vêtement par exemple). L’impact écologique est plus important puisqu’on zappe l’étape “recyclage” pour arriver directement au produit fini. 

 

Pour bien le choisir et diminuer son impact au maximum, il faut :

  • Privilégier du made in France ou Europe
  • S’interroger sur l’origine des déchets recyclés
  • Se renseigner sur le tissu recyclé : à quel pourcentage ? Les marques possèdent des certificats de la part de leur fournisseur comme Gayaskin, qui utilise un tissu 100 % en PET recylé
  • Bien entretenir et faire durer son achat ! 
Cécile P.

Article rédigé par :

Cécile P.

Les avis de la communauté

Aucun commentaire pour le moment

Donnez votre avis

×
Produit(s) suggéré(s)
{{item.brand.name}}
{{item.name}}
Aucun produit ne correspond à cette recherche.
Webzine
{{item.title}}
Aucun article ne correspond à cette recherche.