Récup' en musique : Talacatak, l'association de réemploi artistique des déchets

# Culture #Ateliers DIY #Avec les enfants

 Utiliser les déchets du quotidien pour fabriquer des instruments de musique, c'est le projet de Talacatak. Attention, il ne s'agit pas de coller deux pots de yaourt avec un peu de riz et d'appeler ça des maracas : il s'agit de réels instruments qui sonnent "vrai", accordés par des pros, fruits de recherches en labo durant plusieurs mois voire années. 

De l'experimentation personnelle au projet pédagogique

Septembre 2004 : Lionel cherche à acquérir un nouvel instrument de percussion, mais tout est très cher dans ce domaine. En sortant d'un magasin, il voit un bidon d'huile du même format que la percu' recherchée. Il tente alors quelques expérimentations dans sa cuisine, et c'est la révélation : l'instrument sonne parfaitement. Pendant 3 ans, il continue de créer ses propres instruments et partage ses découvertes avec d'autres musiciens cherchant des instruments à moindre coût. Il finit par transformer son concept en réel projet pédagogique : le réemploi artistique et musical des déchets.

Aujourd'hui, 40 collaborateurs de Talacatak interviennent 200 heures par semaine dans des centres sociaux, écoles, festivals, collectivités ou entreprises, en proposant des ateliers de fabrication d'instruments à base de matériaux de récup'.


 guitarbox  Chocaps   

                Guitarbox                                         Chocaps                                   Rikicabasa

 

Le zéro déchet, un nouvel art

Ces matériaux viennent du quotidien : bouteilles, cannettes, bouchons, capsules, boîtes de cigares...mais aussi de l'aide généreuse des commerçants du quartier ou encore de certains industriels d'Île-de-France : capsules Nespresso, gros bidons, restes de BTP...Au global, l'association recycle 1 tonne de déchets par an. Grâce à cette matière première étonnante, Talacak imite des instruments existants et en invente de nouveaux, travaillant avec des musiciens professionnels ou encore des ébenistes et autres experts des matériaux. 

Pendant les ateliers, Talacak sensibilise au réemploi et à la récup' des déchets courants, pour montrer que l'on peut réduire son impact environnemental et social de façon ludique et culturelle. Vient ensuite la fabrication, plus technique, avec à la fin un réel échange musical "voire la création d'un répertoire, avec des groupes ou petits orchestres."

 

``

Création d'un Chocalho

 

Un projet tant environnemental que social

Un autre aspect anime Talacatak : "On veut aiguiser le sens de l'astuce, de la débrouille. C'est extraordinaire ce que cela peut révéler, surtout dans une société où l'on est très assistés avec beaucoup de machines, de technologies, d'informations...Le GPS par exemple, c'est bien, mais ça nous fait perdre le sens de l'orientation. Là, on apprend à dépasser les obstacles et les freins par la débrouille. " explique Lionel.

 

talacatak

Ce qui motive Lionel chaque matin ? "Sentir la joie, le plaisir, l'éveil chez le plus grand nombre. Rendre accessible le geste musical aux gens frileux, timides, pour finalement voir vibrer cette étincelle. Les participants repartent avec le sourire et des étoiles dans les yeux. C'est aussi donner de l'espoir, d'un point de vue social et environnemental."


Pour 2019, de nouveaux ateliers internes et formations professionnelles sont en cours de réflexion. Déjà très connu en région parisienne, Talacatak entend bien se développer partout en France, voire à l'étranger. C'est tout ce qu'on leur souhaite !

 

S'inscrire aux ateliers :

Se renseigner directement auprès de l'association, par mail ou téléphone.
De plus en plus d'ateliers internes se créent, hebdomadairement ou tous les jours pendant les vacances.

Pendant les vacances : stages pour les 3-6 ans le matin, 6-12 ans l'après-midi

A la rentrée, une formule "sortie d'école" est même disponible.

 

Tarifs :

Variable, selon une grille indexée sur les coefficient familiaux.

Le tarif commence à 100 € l'année pour 1h30 d'atelier par semaine.

 

 

Cécile Puyhardy

Article rédigé par :

Cécile Puyhardy

Les avis de la communauté

Aucun commentaire pour le moment

Donne ton avis

TU AIMERAS AUSSI

DECOUVRE PLUS DE LIEUX

×